jeudi 24 août   21:00   Fondation et chapelle des Apprentis d’Auteuil

Concert et bal sur la jonque chinoise

XVIII-21 Le Baroque nomade
Jean-Christophe Frisch, direction
Concerts et danses (quadrille, polka…) lors de la rencontre entre musiciens anglais et chinois

Banquet chinois à l’entracte sur réservation

Deux journées consacrées aux pavillons exotiques qui ont intrigué Berlioz, le critique musical, lors de l’Exposition Universelle de 1851 et auxquels il a consacré de nombreuses pages restées célèbres pour leurs descriptions inimitablement féroces et toujours drolatiques. Seront présentés des répertoires persans, indiens et chinois par les plus grands artistes de ces musiques classiques d’ailleurs, avec notamment Asaré Shekartchi (Iran), Rishab Prasanna (Inde) ainsi que Wang Weiping et Shi Kelong (Chine).

En partenariat avec le Musée national des arts asiatiques – Guimet

XVIII-21 Le Baroque nomade
Jean-Christophe Frisch, flûte et direction
Cyrille Gerstenhaber, soprano
François Picard, orgue à bouche sheng & flûte xiao / Shi Kelong, chant & percussions / Lai Longhan, flûte dizi / Li Yan, erhu / Wang Weiping, luth pipa / Wang Yaping, yangqin / Nanja Breedijk, harpe / Lorenzo Coppola, clarinette / Jean-Christophe Deleforge, contrebasse / Marie Garnier-Marzullo, piston / Sharman Plesner, violon
Irène Feste et Alexandre Montant (Cie Fantaisies Baroques ), danse

Traditionnel chinois Mo li hua (la fleur de chrysanthème)
P. Champion Polka Chinoise, arrangée sur des airs nationaux
Traditionnel chinois Chun Jiang hua yue ye (Nuit de lune printanière sur la rivière)
C. Bosisio Les mille et une nuits, quadrille chinois
L. G. Choulet Les jongleurs chinois, quadrille
J. M. Amiot Deuxième divertissement chinois
J. Offenbach Ba-ta-clan, polka et quadrille chinois
Et autres pièces

Le mystère demeure sur cette soirée musicale, citée par Berlioz, où un bal semble avoir eu lieu sur la jonque chinoise présentée sur la Tamise. Les musiciens chinois ont-ils dansé sur de la musique anglaise ? Les Anglais ont-ils dansé sur de la musique chinoise ? Tel Sherlock Holmes, le grand musicien et chercheur Jean-Christophe Frisch, spécialiste des rencontres historiquement avérées entre musique occidentale et musiques extra-européennes (musique des Jésuites en Chine, voyages de la musique baroque en Transylvanie, au Moyen-Orient et en Inde, negro spirituals du Brésil…) mène l’enquête en musique accompagné de virtuoses des deux traditions…

En 1851, Berlioz assiste à Londres, sur une jonque, à un concert de musique chinoise, suivi d’un bal. Sa relation de la musique qu’il a entendue, est comme à son habitude sarcastique et outrancière. Il la compare « au sifflement de tous les reptiles, au mugissement de tous les monstres, au fracas métallique de tous les tridents et de toutes les chaudières de l’enfer... » et conclue « On me persuadera difficilement que le peuple chinois ne soit pas fou... ». Au-delà de l’anecdote d’un jugement qui met plus en scène son auteur que ce qu’il a entendu, le XIXe siècle s’est intéressé à la Chine, à son étrangeté, et l’a parfois imaginée autant que parodiée. Ainsi on retrouve des mélodies chinoises dans de nombreuses partitions, entre autre des quadrilles, polkas et autres musiques de salon, ou de divertissement. L’œuvre la plus célèbre est naturellement le Ba-ta-clan de Jacques Offenbach, qui marque le début de son succès, mais des compositeurs moins célèbres, mais non mois habiles à écrire pour le petit orchestre des bals londoniens ou parisiens ont également repris des airs devenus célèbres : la Feuille de Saule, transmis au siècle précédent par Joseph-Marie Amiot, ou le fameux Molihua, la Fleur de chrysanthème, aussi connu en Chine, jusqu’à nos jours, que Frère Jacques chez nous.

Jean-Christophe Frisch, direction
Jean-Christophe Frisch parcourt le monde depuis qu’il a créé XVIII-21 Le Baroque Nomade, et se consacre aux échanges et rencontres des musiques baroques européennes avec les musiques traditionnelles. L’aventure musicale de ce chef est aus¬si une aventure humaine avec les musiciens, sous-tendue par l’émotion et l’huma¬nisme de chaque projet. De ses études de biologie, il gardera rigueur et pré¬cision. Flûtiste remarqué dès le début de sa carrière, son intégrale des sonates pour flûte de Vivaldi reste une référence. Il se consacre désormais à la direction et ouvre une nou¬velle voie dans la relecture du répertoire baroque. Sa recherche, guidée par une perpétuelle re¬mise en cause des acquis, s’appuie sur les avancées des découvertes musicologiques les plus pointues, l’authenticité et la sincérité de ses musi¬ciens, et son rapport personnel avec l’ensemble, fondé sur la confiance, la sérénité et l’altérité. Depuis 2014, il dirige le Master Interprétation de la musique baroque à la Sorbonne.

XVIII-21 Le Baroque nomade
Depuis sa création en 1995, XVIII-21 Le Baroque Nomade se distingue dans le paysage musical baroque, grâce à son approche humaniste et pionnière. Un nom explicite, qui invite au grand écart entre le 18e siècle et le nôtre. XVIII-21 Le Baroque Nomade explore les connexions entre le répertoire baroque européen et les traditions musicales d’ailleurs : chinoises, éthiopiennes, turques... Jean-Christophe Frisch s’attache à faire revivre ces rencontres en temps réel : l’ensemble a notamment travaillé sur les rencontres historiquement avérées entre musiques anciennes européennes et extra-européennes. Grâce à ce travail musicologique d’envergure, le Baroque Nomade participe depuis sa création au renouvellement de l’interprétation de la musique baroque. Les voyages et les rencontres font partie intégrante de l’approche musicale de l’Ensemble. Le Baroque Nomade s’est produit en France, mais également dans plus de 35 pays, et a enregistré une vingtaine de CDs, tous salués par la critique.

Irène Feste, danse
Ingénieur-maître en télécommunications et réseaux, diplômée d’État en danse classique, Irène s’est formée auprès, de J. Pelletier, Y. Meyer, S. Prince, M. Denard. Elle découvre la Belle Dance et l’éloquence baroque, en 2006, en intégrant la Cie L’Eclat des Muses, participe aux travaux de recherche sur les traités de danse de l’époque Louis XIII, s’initie au style de la Renaissance italienne avec B. Sparti. En 2007, elle fonde, avec P-F. Dollé, la Cie Fantaisies Baroques, pour laquelle elle chorégraphie, danse et propose des actions pédagogiques en milieu scolaire et conservatoires. Elle danse pour plusieurs compagnies : Cie Fantaisies Baroques, Les Corps Eloquents, Divertimenty, Chestnut, Les Musiciens de Cythère, Passo Finto, La Cie du Globe. Elle enseigne, lors de stages et d’ateliers, pour des ensembles amateurs et professionnels.
En 2014, elle obtient l’Aide à la Recherche et au Patrimoine en Danse du Centre National de la danse sur le thème : « Evolution de la danse de bal sous le Premier Empire et la Restauration à travers le corpus chorégraphique des traités de J. H. Gourdoux-Daux, entre 1811 et 1823. »
Elle poursuit ses recherches sur la danse de bal et de théâtre sous le Premier Empire et la Restauration.
En 2015, elle participe au tournage d’un documentaire de la BBC, à l’occasion du tricentenaire de la mort de Louis XIV, The King who invented Ballet, présenté par David Bintley.
En 2016, Irène obtient l’Aide à la Recherche et au Patrimoine en Danse du Centre National de la danse sur le thème : « De l’entraînement du danseur à la théâtralité d’une variation chorégraphique dans les cahiers de Michel St Léon entre 1829 et 1836 »

Alexandre Montant, danse
Alexandre Montant a étudié la danse classique et Jazz au CNR de Bordeaux où il y obtient une médaille d’Or dans chacune de ces disciplines. Il se forme à la danse baroque avec les compagnies Fantaisie Baroque et Divertimenty.
Il a été danseur dans le ballet de l’Opéra national de Bordeaux et de Limoges. Il danse dans diverses compagnies et théâtres : compagnie « Lychore » et compagnie La Cala (danse néo-classique, opérettes et opéras), compagnie Christine Grimaldi (renaissance Italienne), compagnie « Fantaisie baroque » et « Divertimenty » (danse baroque), festival d’Opérettes d’Aix-les-Bains etc…
Alexandre est aussi diplômé d’Etat de professeur de danse classique.

JPEG - 79.3 ko
Jean-Christophe Frisch
JPEG - 136.8 ko
XVIII-21 Le Baroque Nomade