mercredi 23 août   21:00   Cour du Château Louis XI

Enigma

Orchestre national de Lyon
Paul Daniel, direction
Steven Osborne, piano
Arthur Angleraux, cornemuse

P. Maxwell Davies An Orkney Wedding, with Sunrise
B. Britten Concerto pour piano
E. Elgar Variations Enigma

L’Orchestre national de Lyon dirigé pour la première fois par le maestro anglais Paul Daniel propose le meilleur de la musique britannique avec l’étonnante et très drôle (le fameux « humour anglais ») pièce de Peter Maxwell Davies, en souvenir d’un mariage écossais : An Orkney Wedding, with Sunrise (avec cornemuse… et whisky !). Mais aussi le magnifique et rare concerto pour piano de Britten, avec Steven Osborne en guest star, et l’une des plus célèbres partitions de la musique symphonique : les Variations Enigma d’Elgar.

Paul Daniel, direction
Paul Daniel poursuit ses études de musique au King’s College, Cambridge et ensuite à la Guildhall School of Music and Drama à Londres, auprès de Sir Adrian Boult et Sir Edward Downes. Il intègre l’English National Opéra en 1982 en tant que professeur, et devient également directeur musical de plusieurs chœurs, notamment le Wokingham Choral Society.
Il devient en 1990 le conducteur principal de l’English Northern Philharmonia et le directeur musical de l’Opera North, à Leeds. En tant que directeur, il cherche à promouvoir un répertoire constitué de nouveaux opéras et d’opéras peu joués, tels qu’Ariane et Barbe-bleue de Dukas, King Priam de Tippett, Der Ferne Klang de Franz Schreker, Violante de Korngold ou Gloriana de Britten. En 1997, il devient directeur musical du prestigieux English National Opera, un poste qu’il occupe jusqu’en 2005. C’est avec cet ensemble que Paul Daniel dirige en 2002 la création mondiale de The Silver Tassie de Mark-Anthony Turnage, œuvre-événement dans la musique contemporaine anglaise.
Paul Daniel travaille avec de nombreux orchestres internationaux en tant que directeur musical et conseiller artistique, tels que le West Australian Symphony Orchestra et le Real Filharmonia de Galicia en 2012. Depuis 2012 il est nommé directeur artistique et musical de l’Orchestre national de Bordeaux Aquitaine, en remplacement du conducteur carïbéo-canadien Kwamé Ryan.

Orchestre national de Lyon
Fort de 104 musiciens permanents ayant le privilège de travailler et répéter dans la salle de concert (2100 places) qui lui est dédiée, l’Orchestre national de Lyon, l’un des plus anciens de France (1905), a pour actuel directeur musical honoraire le chef américain Leonard Slatkin, qui a été directeur musical de 2011 à 2017 et occupe par ailleurs ces fonctions à l’Orchestre symphonique de Detroit (Michigan).
Apprécié pour la qualité très française de sa sonorité, qui en fait l’un des interprètes reconnus de Ravel, Debussy ou Berlioz, il explore un vaste répertoire, du XVIIIe siècle à nos jours. Il passe régulièrement commande à des compositeurs d’aujourd’hui, tels Kaija Saariaho, Édith Canat de Chizy, Thierry Escaich ou Guillaume Connesson. Pionnier en ce domaine, il s’illustre avec brio dans des ciné-concerts ambitieux (Le Seigneur des anneaux, Matrix, Pixar,…) ou accompagne des œuvres majeures du cinéma muet (Chaplin, Fritz Lang, Murnau,…).
L’ONL privilégie également l’action culturelle, avec un orchestre de jeunes, une politique tarifaire forte en direction des plus jeunes, des projets ambitieux pour les écoles, des conférences et de nombreuses autres actions d’accompagnement.
Au-delà des très nombreux concerts qu’il donne à l’Auditorium, l’Orchestre se produit dans les plus grandes salles mondiales. Premier orchestre symphonique européen à s’être produit en Chine, en 1979, il a donné en 2016 une série de concerts au Japon, notamment trois programmes à Tokyo. En 2017, il a fait une tournée américaine qui l’a conduit dans la salle new-yorkaise mythique de Carnegie Hall.
Héritier de la Société des Grands Concerts de Lyon, fondée en 1905 par Georges Martin Witkowski, l’ONL est devenu un orchestre permanent en 1969, sous l’impulsion de l’adjoint à la Culture de la Ville de Lyon, Robert Proton de la Chapelle. Après Louis Frémaux (1969-1971), il a eu pour directeurs musicaux Serge Baudo (1971-1987), Emmanuel Krivine (1987-2000), David Robertson (2000-2004) et Jun Märkl (2005-2011).
Impressionnant monolithe de béton et d’acier inauguré en 1975, l’Auditorium de Lyon, d’un confort exceptionnel, accueille de très nombreuses phalanges internationales et les plus grands solistes de la scène musicale. Les nombreux partenariats qu’il a su nouer avec des manifestations tels que l’Institut Lumière, le Centre culturel de rencontre d’Ambronay ou Jazz à Vienne ont permis d’ouvrir largement la salle à tous les genres musicaux et à tous les publics. Chaque année, ce sont près de 250 000 spectateurs que l’Auditorium accueille dans ses murs.

Steven Osborne, piano
Nommé instrumentiste de l’année par la Royal Philharmonic Society de Londres en mai 2013, Steven Osborne s’est définitivement assuré une place prépondérante sur la scène musicale internationale. Son répertoire englobe une grande variété de styles et de répertoires, de Beethoven, Mozart et Brahms, à des œuvres rares de Messiaen, Tippett et Britten.
Ses nombreux prix et récompenses incluent un Gramophone Award en 2009 pour son enregistrement du concerto pour piano et orchestre de Britten, un premier prix aux Concours Internationaux de Piano de Naumburg (New York) et Clara Haskil.
En concert, Steven Osborne collabore avec les orchestres les plus prestigieux incluant récemment le Yomiuri Nippon Symphony, le Deutsches Sinfonieorchester Berlin, le Vienna Symphony, le Mozarteum de Salzburg, l’Orchestre Philharmonique d’Oslo, le Finnish Radio Symphony, l’orchestre de la RTVE de Madrid, l’Orchestre Symphonique de Sydney, l’Orchestre de Chambre d’Australie, l’Orchestre Symphonique de Dallas, sous la direction de chefs de renom, tels que Christoph von Dohnanyi, Alan Gilbert, Vladimir Ashkenazy, Ludovic Morlot, Juanjo Mena, Leif Segerstam, Andrew Litton, Ingo Metzmacher, Vladimir Jurowski et Jukka-Pekka Saraste.
Au Royaume-Uni il se produit régulièrement avec les plus grands orchestres, plus particulièrement avec le London Philharmonic, le City of Birmingham Symphony, le BBC Symphony et le BBC Philharmonic. Sous la direction de Andrew Manze, il joue actuellement l’intégrale des concerti de Beethoven avec le BBC Scottish Symphony.
Ses concerts sont régulièrement retransmis par la BBC et il se produit chaque année à Wigmore Hall. Il a déjà été invité à 12 reprises aux Proms.
Steven Osborne mène également une importante carrière en récital.
Parmi ses partenaires réguliers en musique de chambre, figurent Alban Gerhardt, Paul Lewis, Dietrich Henschel et Alina Ibragimova.
Steven Osborne a été souvent récompensé pour ses 22 enregistrements chez Hyperion. Outre les deux Gramophone Awards (2009 et 2013), son double enregistrement de l’œuvre complète pour piano de Ravel a été nommé en 2011 pour un Gramophone, le CD des 24 Préludes de Rachmaninov a reçu un Schallplattenpreis, et fut Editor’s Choice de Gramophone, BBC Music Magazine, International Record Review, Musical Opinion and The Daily Telegraph.
Ses deux récents CD , Prokofiev en duo avec Alina Ibragimova et son double CD Tippett ont été retenus pour un BBC Magazine Award et son enregistrement de l’Intégrale des Vingt Regards sur l’Enfant Jésus fut également retenu pour un BBC Music Magazine Award et un Schallplattenpreis en Allemagne.
Son tout dernier enregistrement regroupant la 2ème sonate de Rachmaninov et la Sonate « Romantica » de Medtner a reçu un Choc de Classica Magazine et un « Editor’s Choice » de Gramophone.
Parmi ses autres enregistrements figurent des œuvres pour piano seul de Beethoven, Debussy, Alkan, Liszt, Kapustin, la Turangalila avec l’orchestre Philharmonique de Bergen, dirigé par Juanjo Mena, Les Tableaux d’une exposition de Mussorgsky, Visions Fugitives et Sarcasmes de Prokofiev et l’intégrale de la musique pour piano et orchestre de Stravinsky.

Arthur Angleraux, cornemuse

JPEG - 61.8 ko
Paul Daniel ©Frances Andrijich
JPEG - 171.9 ko
Orchestre national de Lyon ©David Duchon Doris
JPEG - 56.9 ko
Steven Osborne ©Ben Ealovega