Festival Berlioz 2016

lundi 29 août   17:00   Église, La Côte-Saint-André

Intégrale Chopin pour piano solo 8/9

Abdel Rahman El Bacha, piano

F. Chopin, Trois Mazurkas op. 50
F. Chopin, Impromptu en sol b M op. 51
F. Chopin, Quatrième Ballade, en fa m op. 52
F. Chopin, Polonaise en la b M op. 53 (héroïque)
F. Chopin, Quatrième Scherzo, en mi M op. 54
F. Chopin, Deux Nocturnes op. 55
F. Chopin, Moderato (feuille d’album) en mi M
F. Chopin, Trois Mazurkas op. 56
F. Chopin, Berceuse en ré b M op. 57

Mazurkas, polonaises, nocturnes, impromptus, valses… Tout au long du festival Abdel Rahman El Bacha déclinera l’œuvre intégrale pour piano solo de Chopin, par ordre chronologique, au fil de 9 récitals exceptionnels sur un piano Bechstein choisi par l’artiste. « Son talent de pianiste est d’une supériorité et d’une originalité incontestables ; mais ses productions, par leur caractère naïvement étrange, par la hardiesse des rythmes et des harmonies, par un style mélodique capricieux, fugitif, insaisissable, sont bien plus remarquables encore » disait de Chopin son collègue Berlioz. Sept étés passés chez George Sand, dans le Berry (pays de la sorcellerie), ont permis à Chopin de composer parmi les plus belles pages de son œuvre.

Abdel Rahman El Bacha, piano
Né à Beyrouth en 1958, Abdel Rahman El Bacha se perfectionne en France dès l’âge de 16 ans dans la classe de Pierre Sancan au CNSM de Paris. Il en sort avec quatre Premiers Prix (Piano, Musique de chambre, Harmonie et Contrepoint). Lauréat du Concours Reine Elisabeth de Belgique en 1978 qu’il remporte à l’unanimité, il se produit dans les salles les plus prestigieuses d’Europe et du monde. Il joue avec l’Orchestre Philharmonique de Berlin, l’Orchestre de Paris, le NHK de Tokyo, l’English Chamber Orchestra… Il enregistre de nombreux disques : Ravel, Schubert, Schumann, Rachmaninov (Forlane), Prokofiev (Fuga Libera) mais aussi l’intégrale des sonates de Beethoven, l’oeuvre pour piano seul de Chopin et Le Clavier bien tempéré de Bach.

JPEG - 670.1 ko
Abdel Rahman El Bacha © Alix Laveau