jeudi 31 août   17:00   Église, La Côte-Saint-André

Intégrale des quatuors londoniens de Haydn (3/5)

London Haydn Quartet

J. Haydn Quatuor op. 64 n°1 en ut
L. van Beethoven Quatuor op. 95 en fa m
J. Haydn Quatuor op. 64 n°3 en si b

Il n’est pas un compositeur qui représente le mieux le quatuor à cordes que Joseph Haydn. Même si le titre qu’on lui donne de « père du quatuor » ne soit pas tout à fait véridique historiquement, il s’empare du genre à ses tout débuts dès la fin des années 1750. Durant plus de 50 ans, il écrit un total de soixante-dix œuvres pour cet ensemble instrumental qui devient, grâce à « Papa Haydn », ainsi que le surnomment affectueusement ses illustres élèves (parmi lesquels un certain Beethoven...), le laboratoire de composition par excellence.
Haydn synthétise dans ce concentré de son art musical les pages les plus savantes, à celles qui font apparaître le mieux les accents populaires qui lui sont chers. Il met en place les conventions d’écriture de cette conversation en musique tout en déjà les dépassant, ne se bornant jamais à la facilité. À ce titre, il mérite d’être considéré comme le père du « quatuor moderne », d’autant plus que, dans ses pages les plus audacieuses, il ouvre des perspectives qui enjambent le XIXème siècle pour conduire jusqu’à Schönberg.
Ses quatuors londoniens correspondent à une période charnière de sa carrière. En 1790, après trente ans au service de la cour des princes Esterhazy (actuelle Hongrie), le prince Nicolas Ier meurt. Ses successeurs offrent une protection (financière notamment) moindre à Haydn. Il se lance alors dans une tournée londonienne. Au meilleur de sa maturité, ces trois opus accèdent très vite à la célébrité puisqu’ils présentent une vigueur, une vitalité, une richesse d’invention, une puissance et une diversité rares.

L’intégrale des quatuors londoniens de Haydn, agrémentée de quelques quatuors de Beethoven, est un clin d’œil aux souvenirs de Berlioz à Londres dont l’appartement était voisin d’un salon de concerts où se retrouvaient, entre autres, d’excellents quatuors…
« Je dois encore vous faire connaître The Beethoven quartet Society. Celle-ci a pour but unique de faire entendre à intervalles périodiques et assez rapprochés les quatuors de Beethoven. Le programme de chaque soirée en contient trois ; rien de moins et rien autre. Ils appartiennent en général chacun à l’une des trois manières différentes de l’auteur ; et c’est toujours le dernier, celui de la troisième époque (l’époque des compositions prétendues incompréhensibles de Beethoven), qui excite le plus l’enthousiasme. Vous voyez là des Anglais suivre de l’œil, sur de petites partitions-diamant, imprimées à Londres pour cet usage, le vol capricieux de la pensée du maître ; ce qui prouverait que plusieurs d’entre eux savent à peu près lire la partition. Mais je me tiens en garde contre le savoir de ces dévorants, depuis qu’en lisant par-dessus son épaule, j’en ai surpris un les yeux attachés sur la page no 4, pendant que les exécutants en étaient à la page no 6. L’amateur appartenait sans doute à l’école de ce roi d’Espagne dont la manie était de faire le premier violon dans les quintetti de Boccherini, et qui, restant toujours en arrière des autres concertants, avait coutume de leur dire, quand le charivari devenait trop sérieux.
« Allez toujours, je vous rattraperai bien ! »

London Haydn Quartet
Depuis sa création en 2000, le London Haydn Quartet composé des violonistes Catherine Manson et Michael Gurevich, de l’altiste John Crockatt et du violoncelliste Jonathan Lanson est devenu l’un des ensembles sur instruments d’époque les plus respectés. Le London Haydn Quartet voue un véritable culte à son compositeur éponyme, ce qui le conduit à proposer de nombreux programmes lui étant entièrement dédié comme au Wigmore Hall, au Carnegie Hall et au Library of Congress à New York ainsi que dans de nombreux festivals internationaux. En formation quintette, le London Haydn Quartet accueille régulièrement le violoncelliste Steven Isserlis et le clarinettiste Eric Hoeprich avec lequel il se produit en Europe, aux États-Unis et au Canada et enregistre les quintettes de Brahms et de Mozart. Sa prochaine collaboration sera avec l’altiste Steven Dann pour l’intégrale des quintettes à cordes de Mozart en quatre concerts et l’intégrale des quatuors Opus 20 de Haydn.

JPEG - 150.7 ko
London Haydn Quartet ©David Brunetti