Festival Berlioz 2016

jeudi 25 août   21:00   Cour du Château Louis XI

L’Amour sorcier (version gitane)

Orchestre d’Auvergne
Roberto Forés Veses, direction
Antonia Contreras, cantaora (chant flamenco)
Isabelle Druet, mezzo-soprano
Vincent Le Texier, baryton-basse
Philippe Hattat, piano

H. Berlioz, La Captive, La Belle voyageuse, Zaïde
M. Ravel, Pavane pour une infante défunte
M. Ravel, Don Quichotte à Dulcinée
M. De Falla, L’Amour sorcier (1ère version, 1915)

Trois mélodies rares de Berlioz pour nous faire voyager et nous rapprocher de l’Espagne, via Ravel, avant la première version (1915) de L’Amour sorcier de Manuel de Falla, avec orchestre de chambre et cantaora. Par l’orchestre d’Auvergne dirigé par Jean-François Heisser, grand amateur de musique ibérique, et une chanteuse flamenco !

Orchestre d’Auvergne
Orchestre à cordes reconnu dans le monde entier pour sa qualité musicale, l’Orchestre d’Auvergne cultive l’excellence artistique, seule apte à révéler et renouveler les plaisirs, les sensations et l’épanouissement des musiciens et donc, des publics. L’engagement des 21 musiciens et des directeurs musicaux qui ont marqué l’histoire de l’orchestre favorise la réalisation de très nombreuses tournées et d’une discographie renouvelée. Fidèle à son ancrage régional, l’orchestre se produit au plus proche de ses publics pour permettre à chacun d’accéder aux bienfaits de la musique. L’orchestre a une mission pédagogique. Il offre à ses publics de mieux comprendre la musique pour vivre des sensations plus subtiles et décupler leurs plaisirs. Il est présent sur tous les territoires pour tisser des liens durables et accompagner ses publics dans leur quête du mieux-être. Être mieux avec soi pour mieux vivre avec les autres. Roberto Forés Veses, directeur musical et artistique depuis 2012, nourrit un projet artistique ancré sur son territoire et ouvert sur le monde.

Roberto Forés Veses, direction
Roberto Forés Veses a étudié la direction d’orchestre à l’Accademia Musicale Pescarese et à l’Académie Sibelius d’Helsinki où il obtient son diplôme de direction d’orchestre. En 2006, il sort lauréat à l’unanimité du concours de direction d’orchestre d’Orvieto (Italie) avec un Prix spécial du jury. Preuve de son éclectisme, Roberto Forés Veses est aussi à l’aise dans le répertoire symphonique que dans l’opéra. En 2008, il fait ses débuts au Teatro Regio de Torino avec Salome et l’Elisir d’amore et au Bolchoï avec Macbeth. Dernièrement, il a assuré la création mondiale de La regina dei capelli d’oro de B.R. Earl au Stresa Festival (Italie). Il a dirigé de nombreux orchestres et est également l’invité de nombreux festivals internationaux. Il est le Directeur musical et artistique de l’Orchestre d’Auvergne depuis 2012. Sur le plan discographique, Roberto Forés Veses a enregistré avec l’Orchestre d’Auvergne sous le label Aparté et avec Camille Berthollet chez Warner Classics.

Isabelle Druet, mezzo-soprano
Formée au théâtre et à différentes formes de musiques, « révélation » des Victoires de la Musique 2010 et lauréate 2013 du programme Rising Stars - Cité de la Musique, Isabelle Druet aime à embrasser toutes les formes du spectacle vivant, que ce soit sur les plus prestigieuses scènes internationales qu’en formation et dans des lieux plus intimistes. Ainsi on l’a entendue récemment tout à la fois à l’Opéra national de Paris
(Rigoletto de Verdi), aux côtés des Orchestres nationaux de Lyon (l’Heure espagnole de Ravel) et de Lorraine (Shéhérazade de Ravel), du Detroit Symphony Orchestra, des Berliner Barocksolisten, des pianistes Anne le Bozec et Georges Pludermacher, du Poème Harmonique pour un programme de danse espagnoles du XVIIe siècle, ou encore en tournée avec la compagnie Les Brigands, pour le rôle-titre de La Grande Duchesse de Gérolstein (Offenbach).

Vincent Le Texier, baryton-basse
Vincent le Texier commence l’étude du chant avec U. Reinemann puis entre à l’École d’Art Lyrique de l’Opéra de Paris. Ses rencontres avec H. Hotter, C. Ludwig, E. Schwarzkopf ou encore W. Berry sont décisives dans sa carrière. Depuis plus de 20 ans, il parcourt les scènes du monde entier et explore une grande variété de répertoires : baroque (Platée), classique (Don Giovanni), romantique (La Damnation de Faust), créations du XXe et XXIe siècle (M. Kagel, G. Aperghis, D. Levaillant, P. Manoury…), ce sont plus de deux siècles d’art lyrique qu’il parcourt, guidé par l’intérêt musical et théâtral des rôles qu’il aborde. Ses débuts se font avec un rôle auquel il est resté fidèle, celui de Golaud dans Pelléas et Mélisande, qu’il a incarné récemment à Tokyo et à l’Opéra de Lyon. Après avoir interprété au Festival Berlioz en 2015 L’Ode à Napoléon Bonaparte de Schönberg avec l’Orchestre Ose ! et Daniel Kawka, il s’y produit de nouveau cet été à l’occasion de trois concerts autour de Berlioz, Debussy et Ravel.

Philippe Hattat, piano
Né en 1993, Philippe Hattat commence la musique en 2001 et a étudié au CNSMDP le piano (avec Jean-François Heisser), l’accompagnement (avec Jean-Frédéric Neuburger) et l’écriture. Ses expériences musicales sont nombreuses : récital (Festival Chopin à Paris ; Festival de l’Orangerie de Sceaux ; Festival du Palazzetto Bru Zane ; Festival Musica da Casa Menotti (Spoleto, Italie) ; Festival de La Roque d’Anthéron…), musique de chambre (Journées Ravel de Monfort-l’Amaury ; festival Musiques sur Ciel ; Gümü,slük Klasik Müzik Festivali (Turquie)…), orchestre (ensemble Multilatérale, Orchestre Bel’Arte, Orchestre Poitou-Charentes…), et même comme chef de chant (opéra Les contes de la lune vague après la pluie de Xavier Dayer). Lauréat du Concours international de piano Claude Bonneton à Sète (2010), du Concours International de Piano d’Orléans (2016)… Il est aussi organiste, compositeur, et passionné de linguistique.

JPEG - 122.9 ko
Roberto Forés Veses ©Jean-Baptiste Millot


JPEG - 142.9 ko
Antonia Contreras © Pepe Ponce


JPEG - 38.7 ko
Isabelle Druet © Nemo Perier Stefanovitch


JPEG - 574.5 ko
Philippe Hattat


JPEG - 258.3 ko
Vincent Le Texier