mercredi 30 août   21:00   Cour du Château Louis XI

La Damnation de Faust / Berlioz

Orchestre Révolutionnaire et Romantique
Monteverdi Choir
National Youth Choir of Scotland
Petits chanteurs de Lyon
Sir John Eliot Gardiner, direction
Ann Hallenberg, mezzo-soprano
Emma Lewis, mezzo-soprano
Michael Spyres, ténor
Laurent Naouri, baryton-basse
Ashley Riches, baryton-basse
Emma Lewis, mezzo-soprano

H. Berlioz La Damnation de Faust

C’est le must du must ! De retour au festival pour la quatrième année consécutive, Sir John Eliot Gardiner, le plus anglais des maîtres berlioziens, dirige la Damnation de Faust dans sa plus belle version avec l’Orchestre Révolutionnaire et Romantique, le Monteverdi Choir et une distribution de solistes à couper le souffle. What else ?

Distribution :
Ann Hallenberg, mezzo-soprano

Marguerite

Michael Spyres, ténor

Faust

Laurent Naouri, baryton-basse

Méphistophélès

Ashley Riches, baryton-basse

Brander

Sir John Eliot Gardiner, direction
Personnalité incontournable du paysage musical actuel, John Eliot Gardiner dirige l’ensemble de ses formations – orchestrales et chorales - dans un répertoire varié.
John Eliot Gardiner étudie l’histoire et la musique au King’s College de Cambridge, notamment sous la direction de Thurston Dart, musicologue et chef d’orchestre britannique. Durant son cursus, il obtiendra une bourse du gouvernement anglais qui lui permettra de s’installer une année à Paris pour suivre l’enseignement de la pianiste et pédagogue Nadia Boulanger.
C’est durant ses études au King’s College que John Eliot Gardiner fonde, en 1964, le Monteverdi Choir. Fort de son apprentissage auprès du chef George Hurst, il dirige ce jeune ensemble au Wigmore Hall de Londres en 1966. L’année suivante, pour le quatre centième anniversaire de Claudio Monteverdi, il dirige Les Vêpres de la Vierge dans une nouvelle édition réalisée par ses soins. Le succès de cette œuvre l’encourage à fonder l’Orchestre Monteverdi.
Sa passion pour les musiques des XVIIe et XVIIIe siècles le conduit à rééditer des œuvres de Jean-Philippe Rameau - Dardanus, Les Fêtes d’Hébé, Les Boréades – qu’il donne à Londres, de 1973 à 1975. C’est toujours mû par cette même passion qu’il fonde The English Baroque Soloists en 1978, un orchestre jouant sur instruments d’époque les répertoires baroque et classique.
En 1980, John Eliot Gardiner devient directeur musical de l’Orchestre de la radio canadienne CBC à Vancouver, avant de se voir confier la direction musicale de l’Opéra de Lyon et celle de l’Orchestre symphonique de la NDR. Parallèlement à ces activités il sera également le directeur artistiqueduFestival Haendel de Göttingen.
Dans la lignée de l’English Baroque Ensemble Soloists, l’Orchestre révolutionnaire et romantique voit le jour en 1989. Ce nouvel ensemble, dont le répertoire s’étend de la fin du XVIIIe siècle jusqu’au début du XXe siècle, se démarque dans ses interprétations de Beethoven, Berlioz, Schumann, Brahms, Debussy ou encore Offenbach.
John Eliot Gardiner œuvre également en faveur de la musique contemporaine puisqu’il a dirigé des créations de Jean-Guy Bailly, Alexander Goehr et Aribert Reimann.

Orchestre Révolutionnaire et Romantique
Lorsqu’il a créé l’Orchestre Révolutionnaire et Romantique, en 1989, Sir John Eliot Gardiner avait pour ambition d’aborder la musique du XIXe siècle et du début du XXe siècle avec l’exigence stylistique qui caractérise son orchestre sur instruments d’époque, The English Baroque Soloists. Dès ses débuts – des concerts et un enregistrement d’Un requiem allemand de Brahms –, l’Orchestre Révolutionnaire et Romantique a remporté un succès international, notamment pour ses interprétations des œuvres de Beethoven, qu’il a fréquemment jouées et enregistrées pour DG dans les années 1990. En 2011, la formation est revenue à ce répertoire pour la première fois en presque 20 ans, avec une tournée des symphonies en Europe et aux États-Unis. En 2012, l’Orchestre Révolutionnaire et Romantique poursuit avec une tournée de la Missa solemnis qui les mène dans 13 salles et 10 pays. L’Orchestre Révolutionnaire et Romantique est particulièrement renommé pour ses interprétations des grands compositeurs des débuts du Romantisme, et notamment de Berlioz. Il a joué la Symphonie fantastique dans les anciens locaux du Conservatoire de Paris, là où la toute première exécution publique de l’œuvre avait eu lieu en 1830. Il a par ailleurs donné les premières interprétations modernes de la Messe solennelle (dont la partition venait d’être redécouverte) en 1993 et, dix ans plus tard, il a été applaudi aux Proms dans L’Enfance du Christ et au Théâtre du Châtelet dans Les Troyens (premières représentations de la version intégrale de l’opéra). Parmi les autres projets marquants de l’Orchestre Révolutionnaire et Romantique, mentionnons « Schumann révélé » – donné au Barbican Center en 1997 et qui a été à l’origine de l’enregistrement des quatre symphonies et de Le Paradis et la Péri du compositeur – ou encore « Brahms : racines et mémoire », donné à la Salle Pleyel et au Royal Festival Hall en 2007/2008, qui confrontait la musique de Brahms à celle de compositeurs du passé ayant pu constituer pour lui des sources d’inspiration – une grande partie de ce projet a été enregistrée sur le label fondé par John Eliot Gardiner, Soli Deo Gloria (SDG). Dans le domaine lyrique, l’Orchestre Révolutionnaire et Romantique a interprété Oberon de Weber, Le Freyschütz de Weber/Berlioz, Carmen de Bizet, L’Étoile de Chabrier, Falstaff de Verdi et Pelléas et Mélisande de Debussy en France, en Italie et, pour certains, à Londres. En 2011/2012, les musiciens ont notamment exécuté Pelléas et Mélisande de Debussy aux Proms de la BBC ainsi que des œuvres de Brahms, Bruckner (Messe en mi mineur) et Stravinski (Symphonie de Psaumes). Leurs engagements de tournée pour 2013 comprennent La Damnation de Faust de Berlioz et les Symphonies n° 2 et n° 8 de Beethoven.

Monteverdi Choir
Le Monteverdi Choir est un chœur fondé en 1964 par Sir John Eliot Gardiner à l’occasion d’un concert où l’objectif était de donner les Vêpres à la Vierge, de Monteverdi (Venise, 1610), à la chapelle du King’s College de l’université de Cambridge. Spécialiste des ensembles baroques, le chœur est devenu célèbre pour son choix stylistique et son vaste répertoire, qui englobe la musique de période Renaissance et la musique classique du XXe siècle. Elle paraît souvent avec les orchestres de John Eliot Gardiner, les English Baroque Soloists et l’Orchestre Révolutionnaire et Romantique.

National Youth Choir of Scotland
Créé en 1996 par son chef de chœur Christopher Bell, le National Youth Choir of Scotland (NYCoS) est un chœur d’exception pour les jeunes âgés de 16 à 25 ans. Le chœur se produit au Royaume-Uni et à l’international, ceci incluant l’Europe centrale, l’Ireland, la Suède et les USA. En 2012, le NYCoS a remporté le prix Ensemble au Royal Philharmonic Society Music Awards. En 2014, il a interprété brillamment le Requiem de Mozart au BBC Proms avec Donald Runnicles et a joué sous la direction d’Eric Whitacre devant 1,5 million de personnes à la Commonwealth Games Opening Ceremony. En 2015, le NYCoS a été invité par Sir John Eliot Gardiner à chanter au Festival international d’Edinbourg et au Festival Berlioz. En 2016, le chœur se produira à nouveau lors de ces deux évènements prestigieux, toujours sous la baguette de Sir John Eliot Gardiner, ainsi qu’au Grant Park Music Festival, à Chicago et au Grand Teton Music Festival dans le Wyoming (USA).

Petits chanteurs de Lyon
Fondée en 799, la maîtrise de la cathédrale Saint-Jean est la plus
ancienne institution musicale lyonnaise. Depuis 2012, sous la
direction de Thibaut Louppe elle a vu son enseignement artistique
s’élargir et s’approfondir. Les chanteurs assurent les offices et les
messes grégoriennes de la Cathédrale et se produisent en concert
dans des répertoires allant de la musique ancienne jusqu’à la création
contemporaine. Cet été, le choeur d’enfants est en tournée en Palestine,
invité au festival de la Chaise-Dieu avec l’ensemble Aedes autour du
Magnificat de Philippe Hersant, participe à la Damnation de Faust de
Berlioz sous la direction de John Eliot Gardiner et sept chanteurs se
voient confier les solos du Petit ramoneur de Benjamin Britten dirigé
par Nicole Corti au Festival Berlioz.

Ann Hallenberg, mezzo-soprano
La mezzo-soprano suédoise Ann Hallenberg apparaît régulièrement sur les scènes d’Europe et d’Amérique du Nord, parmi lesquelles La Scala de Milan, La Fenice de Venise, l’Opéra National de Paris, l’Opernhaus de Zürich, l’Opéra royal de Stockholm et le Festival de Salzburg.
Elle s’est construit un vaste répertoire qui s’étend du début du XVIIe siècle aux œuvres contemporaines et son répertoire lyrique comprend les plus grands rôles des œuvres de Rossini, Mozart, Handel, Vivaldi, Berlioz et Monteverdi. Ann Hallenberg travaille régulièrement avec des chefs d’orchestre prestigieux tels que Sir John Eliot Gardiner, Sir Roger Norrington, Marc Minkowski et William Christie.
Elle a enregistré de nombreux CDs de Bach, Haendel, Vivaldi, Mozart, Haydn, Rossini, Mendelssohn, ou encore Brahms. Aux International Opera Awards 2016 à Londres, son CD solo Agrippina a reçu le prix du « Meileur récital lyrique ».

Michael Spyres, ténor
Michael Spyres est né à Mansfield (Missouri) où il a grandi dans une famille de musiciens. Il commence ses études aux Etats-Unis, puis poursuit au conservatoire de Vienne. Il fait ses débuts au Teatro San Carlo de Naples en 2006. Durant les quatre dernières saisons, il a notamment interprété la 9e Symphonie de Beethoven dirigée par Sir John Eliot Gardiner à Hambourg, Munich, Londres et New York, Masaniello (La Muette de Portici) à Paris, le Requiem de Berlioz avec Gardiner et La petite messe solennelle de Rossini au Festival St Denis. Il a également tenu le rôle principal dans Aureliano in Palmira à Pesaro, Hoffmann (Les Contes d’Hoffmann) au Liceu Barcelona ainsi que dans La Damnation de Faust au Vlaamse Opera, à Salt Lake City et à Londres, dirigé par Valery Gergiev.

Laurent Naouri, baryton-basse
Après ses études à Londres, Laurent Naouri est rapidement engagé sur de nombreuses scènes nationales puis internationales. Son répertoire comporte une quarantaine de rôles, depuis les premiers baroques jusqu’aux opéras contemporains, tels que les Quatre Rôles Maléfiques (Les Contes d’Hoffmann), Golaud (Pelléas et Mélisande), Comte Almaviva (Les Noces de Figaro), Falstaff, Sharpless (Madama Butterfly) et Germont (La Traviata). Il interprète ces rôles sur les plus grandes scènes internationales : Opéra de Paris, Madrid, Milan, Barcelone, Théâtre des Champs-Elysées, Deutsch Oper de Berlin, Orange, Glyndebourne, Aix-en-Provence, Salzbourg, Santa Fe, Dallas, et au Metropolitan Opera de New York.
Parmi ses projets, le rôle de Ruprecht (L’Ange de Feu de Prokofiev) à Lyon, Somarone (version de concert de Béatrice et Bénédict) et le Marquis de Granville (création de l’opéra Trompe la Mort de Luca Francesconi) à l’Opéra de Paris. Au Metropolitan Opera, il interprétera les rôles de Capulet (Roméo et Juliette), Pandolfe (Cendrillon), les Quatre Rôles Maléfiques et le Grand Prêtre (Samson et Dalila).

Ashley Riches, baryton-basse
Ashley Riches a étudié l’opéra à la Guildhall School de Londres. À l’opéra, il a chanté les rôles titres dans Eugène Onéguine et Don Giovanni, Marcello et Schaunard dans La Bohème, Aeneas dans Didon et Aeneas, Demetrius dans A Midsummer Night Dream, Corydon et Sleep dans The Fairy Queen avec Paul McCreesh et le Gabrieli Consort à Londres, Madrid et Beaune. En 2012, il a fait ses débuts à l’Opéra royal Covent Garden. En 2014, il chante à Londres dans Carmen sous la direction de Daniel Oren, dans La Traviata sous la direction de D. Ettinger, dans Dialogues des Carmélites par Simon Rattle, et enfin dans Ariadne auf Naxos, dirigé par Antonio Pappano.

JPEG - 35.2 ko
Sir John Eliot Gardiner ©Sim Canetty-Clarke
JPEG - 204.6 ko
Orchestre Révolutionnaire et Romantique ©Sim Canetty-Clarke
JPEG - 115.2 ko
Monteverdi Choir ©Anima Mundi
JPEG - 115.3 ko
National Youth Choir of Scotland
JPEG - 60.3 ko
Ann Hallenberg
JPEG - 188.2 ko
Michael Spyres
JPEG - 65.2 ko
Laurent Naouri ©Bernard Martinez
JPEG - 106.7 ko
Ashley Riches