mercredi 30 août   19:00   Musée Hector-Berlioz

Michel Godard & Gavino Murgia

Jardin du musée Hector-Berlioz
Entrée libre

Programme à venir

Michel Godard, tuba, serpent
Né en 1960 près de Belfort, Michel Godard est vite reconnu comme un virtuose du tuba, poursuivant une carrière entre jazz et musique classique. Il est aujourd’hui l’un des plus important tubiste et serpentiste dans le monde du jazz et des musiques improvisées.
Le jeu de Michel Godard est extraordinaire dans tous les sens, une technique époustouflante alliée à une musicalité des plus fines lui permette de rendre aériens ces instruments "graves".
En 1979, il découvre le serpent, ancêtre du tuba, ouvrant ainsi son champs d’expression vers la musique ancienne. Depuis 2002, Michel Godard enseigne le serpent au conservatoire national supérieur de Paris.
Dans le monde de la musique classique, Michel Godard à joué et enregistré avec L’Orchestre Philarmonique de Radio France, l’Orchestre National de France, l’ensemble "musique vivante", "la fenice", "XVIII-21 Musique des lumières". Il était membre du "Arban chamber brass" (tournées au Japon, U.S.A., Afrique) et interprète du répertoire solo pour tuba. Tout naturellement, après de telle expériences, il a donné des master-classes dans le monde entier, et il sera découvert par le monde du jazz européen. Depuis, Michel Godard s’engage dans des aventures musicales avec des artistes comme Rabih Abou-Khalil, Christof Lauer, Luciano Biondini, Linda Bsiri, Michel Portal, Louis Sclavis, Henry Texier, Enrico Rava, Michael Riessler, Kenny Wheeler, Ray Anderson, Sylvie Courvoisier, Klaus König, Simon Nabatov, Wolfgang Puschnig, Linda Sharrock, Pierre Favre, Misha Mengelberg, Gianluigi Trovesi, Maria Pia De Vito, Pino Minafra, Willem Breuker, Herbert Joos, Dave Bargeron et beaucoup d’autres.
En tant que compositeur, Michel Godard écrit pour Radio France (“Penthés(il)ée II” ), Donaueschinger Musiktage/Südwestrundfunk (“de mémoire de tuba” , “Tra la folla, mora, mormora” , “Praeludium”), le Ministere de la Culture (“Bradamente aux aguets”, “les enfants d’un paradis”).
Il enregistre de nombreux cd avec ses propres projets : "Archangelica", "ImpertinAnce", "Cousins Germains" pour le label CAMjazz, "Castel del monte" , "Tubatuba" pour Enja, "Deep", "Trio Rouge" pour Intuition.
Michel Godard a aussi joué et enregistré avec le Bagad de Quimperlé, la reggae star Alpha Blondy, et les musiciens de Rock de "Canterburry" John Greaves et Pip Pyle. Il collabore régulièrement avec l’écrivain Nancy Huston : "Tendres ténèbres, pérégrinations Goldberg, Tentatives de renaissance"

Gavino Murgia, saxophones, launeddas
Gavino Murgia est né à Nuoro en Sardaigne. Il commence a étudier la musique en autodidacte à 14 ans. Très vite, il entame une activité musicale intense en jouant avec de nombreux groupes de musique et lors de représentations théâtrales. Il a joué dans les plus importants festivals de jazz italiens et internationaux : en Pologne, en Autriche, en Espagne, en Finlande, en Suisse, en Allemagne, en France, en Russie, en Afrique du Sud, à Cuba et aux Etats-Unis. Parmi ses partenaires on compte Mal Waldron, Rabih Abou Khalil, Paolo Fresu, Don Moye, Gianluigi Trovesi, Michel Godard, Pietro Tonolo, Djivan Gasparian, Sainkho Namchylak, Al Di Meola...
Ses recherches actuelles tournent autour des sonorités sardes et plus particulièrement la combinaison de la voix et du saxophone. Il cherche à explorer de nombreuses expressions sonores en mélangeant instruments traditionnels et sons en provenance d’autres cultures. Parmi les nombreux instruments dont il a la maîtrise, Gavino Murgia se sert beaucoup de la Launeddas. Cette clarinette polyphonique, ressemblant plus à une cornemuse, est typique de la Sardaigne. Son apparition remonte sûrement à l’antiquité égyptienne et atteste des échanges de l’ île italienne avec l’Afrique et le Moyen-Orient. Elle est composée de trois tuyaux dont deux ont la capacité d’émettre des notes (la mancosa et la mancosedda), le troisième étant un bourdon (le tumbu). Les secrets de construction de cet instrument sont gardés jalousement par les rares artisans qui le produisent. Le ténor renvoie à l’imaginaire de Sardaigne construit autour de différentes musiques folklo-riques. Le chant imite la nature en s’inspirant de chants primitifs.

JPEG - 253.3 ko
Sous le balcon ©GGay Perret
JPEG - 416.2 ko
Michel Godard & Gavino Murgia