Le Festival

Édito 2018

Sacré Berlioz !

Berlioz est un romantique qui a mis en musique l’amour et la passion comme nul autre avant lui. Berlioz est un visionnaire qui a participé à inventer les festivals, les concerts spectaculaires et l’orchestre moderne. Berlioz est un journaliste, un voyageur, un écrivain, un Européen avant l’heure. Mais Berlioz est aussi un enfant de La Côte-Saint-André qui adorait les fêtes de son village, la célébration des moissons, les sonneries de cloches et les chants des processions…
Pour annoncer le 150e anniversaire de sa disparition, le Festival Berlioz s’associe à l’Association Georges Antonin et propose un week-end d’ouverture exceptionnel, voyage dans le temps jusqu’à l’époque de Berlioz. Suivront quinze jours de concerts de musique sacrée et de sacrées musiques, où les voix, les cordes et les vents offrent autant de frissons que les sommets alpins, quand la beauté des paysages de l’Isère se découvre sous nos pieds et que l’esprit s’envole au contact des cieux. Quinze jours d’émotions, de fête et de découvertes pour tous, petits et grands, connaisseurs ou curieux. Une invitation à rêver et la mise en lumière de la déclaration de foi de Berlioz : « l’amour et la musique sont les deux ailes de l’âme ».
Bruno Messina, directeur

Histoire

À l’origine : Hector Berlioz et le Festival
Une relation particulière lie Berlioz à la notion de « festival » et ce qu’elle sous-entend de festif, populaire et rassembleur. Dès les années 1830, Berlioz organise une série de manifestations musicales, autour d’un même lieu et d’une même histoire et nomme l’événement "festival". Dans ses Mémoires, il rend compte de ces journées « festivalesques » qui se terminent bien souvent en banquets.

1979-1994 : Serge Baudo, l’enfance du Festival
Le Festival Berlioz nait à Lyon en 1979 sous l’égide de Serge Baudo, alors chef et directeur musical de l’Orchestre national de Lyon. Réputé pour son talent dans l’interprétation de la musique française, Serge Baudo donne un véritable élan à la connaissance de l’œuvre de Berlioz. Il dirige en 1987 une intégrale des Troyens.

1994 : Première édition à La Côte-Saint-André
Un nouveau projet de festival centré sur la ville natale du compositeur se profile. 1994 voit la première édition du Festival Berlioz à La Côte-Saint-André, organisée par l’Association du Festival Berlioz présidée par le Sénateur Jean Boyer. Les concerts du soir ont lieu sous la Halle médiévale au cœur de la ville. Alain Picard en assure la direction artistique de 1994 à 1996.

1997-2008 : Bernard Merlino, la maturité
Le mandat de Bernard Merlino est marqué par la célébration du bicentenaire de la naissance d’Hector Berlioz en 2003. Le château Louis XI devient à son initiative le haut lieu des concerts symphoniques du soir. En 2003, la cour se dote d’un gradin de 1200 places et d’une scène pouvant désormais accueillir des formations orchestrales d’envergure.
En 2004, l’organisation du Festival Berlioz est confiée à l’Agence Iséroise de Diffusion Artistique, établissement public de coopération culturel (EPCC), mis en place et subventionné par le Département de l’Isère, la commune de La Côte-Saint-André et la communauté de communes de Bièvre Isère.

2009-2018 : Bruno Messina, le renouveau du Festival Berlioz
Bruno Messina prend la direction du Festival en 2009. Il nourrit le festival de sa passion pour les musiques traditionnelles du monde entier et crée des ponts entre musiques savantes et musiques populaires.
Avec la volonté de rendre la musique classique accessible à tous, Bruno Messina multiplie les formes de spectacles et de rendez-vous. Il instaure le cycle de concerts « Sous le balcon d’Hector » dans les jardins du Musée Hector-Berlioz, la maison natale du compositeur à La Côte-Saint-André.
Bruno Messina initie de nouvelles collaborations artistiques, notamment avec l’Orchestre Les Siècles et son chef François-Xavier Roth, avec qui il crée en 2010 l’orchestre-académie du festival : le Jeune Orchestre Européen Hector Berlioz.
Il met également en place de nouveaux partenariats dont celui avec le Palazzetto Bru Zane (Centre de musique romantique française à Venise) qui a pour vocation de favoriser la redécouverte du patrimoine musical français du XIXe siècle.

Logo Conseil général logo aida